Ce site Internet utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. En continuant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies sur votre appareil tel que mentionné dans nos Informations sur les cookies.
Réserver maintenant
  • 33660626

La riche histoire de musique baroque de Sucre

Sucre, la capitale de la Bolivie, abrite la plus grande collection de l'Amérique Latine de musique baroque de l'époque coloniale. La Plata, comment elle était appelée autrefois, était le siège de la Real Audiencia de Charcas, avec des fonctions gouvernementales, juridiques et militaires importantes pour une région qui couvre de nos jours le sud du Pérou, la Bolivie, le Paraguay et une grande partie de l'Argentine. Elle possède une importante université jésuite.

Ce trésor historique fut conservé au fil des siècles, tandis que dans d'autres villes historiques comme Lima (Pérou), de nombreux documents ont été détruits par des incendies et d'autres désastres. Parmi les compositeurs, on trouve des anonymes et des personnages célèbres (comme Pedro Ximénez de Abril y Tirado, Juan de Araujo, Antonio Durán de la Mota et Blas Tardío Guzmán), auteurs du XVII et XVIIIème siècle qui n'ont jamais été interprétés, pas depuis les cent dernières années. Ils ont été composés pour l'utilisation de la Cathédrale Métropolitaine de Sucre et le Couvent de San Felipe Neri. Leur musique est plus souvent baroque, mais des compositions de musique romantique et de style Renaissance existent aussi.

Le défi de récupérer et interpréter ces partitions est gigantesque, mais il a été relevé avec l'aide de PNUD et de l'UNESCO et récemment de plusieurs institutions nationales, comme les Archives nationales et la Bibliothèque (ABNB) et la Fondation Culturelle de la Banque centrale de Bolivie. Le succès du festival de musique baroque dans les Missions de Chiquitania, dans les plaines orientales de la Bolivie, fut une grande inspiration. La plupart des partitions a maintenant été catalogué par l'ABNB.

En avril 2012, un premier festival de 4 jours a été organisé à Sucre, à la Casa de la Libertad, où les artistes nationaux et internationaux ont interprété une partie des partitions retrouvées. Depuis, le festival est organisé tous les ans au mois d'avril. Le but est de découvrir et interpréter de nouvelles partitions dans les années à venir, pour que l'héritage de Sucre de musique baroque puisse être entièrement apprécié par l'humanité, et en même temps cet héritage peut donner une nouvelle impulsion au développement du tourisme culturel et de l'économie locale.